16 août 2020 2 Commentaires

Histoires à lire

Lecture inspirante

Pendant la première période de confinement généralisé de l’année 2020 (je précise, on ne sait jamais), j’ai comme tout le monde cherché à m’occuper.

Après m’être bien défoulé sur les réseaux sociaux et beaucoup de temps passer sur mon piano ainsi que sur des tournages et des montages vidéo, j’ai fini par me calmer et j’ai visité ma bibliothèque.

Là, j’y ai retrouvé deux ouvrages qu’un ami m’avait offert lors de mon dernier anniversaire en Ile-De-France, quelques temps avant mon exile à Montauban. Rétroactivement, je me dis qu’il fut particulièrement bien inspiré par ce choix. À la limite de la prémonition.

Il s’agit de deux livres de Laurent Gounelle : « L’homme qui voulait être heureux » et « Et tu trouveras le trésor qui dort en toi« . Deux histoires qui font du bien à l’âme.

Ces récits m’ont réconcilié avec la lecture de roman que j’avais délaissé depuis déjà quelques années.

Comme je ne voulais pas m’arrêter en si bon chemin,  je me suis rendu à la librairie La Femme Renard dans cette sympathique ville de Montauban et j’en ai trouvé deux autres : « Je te promets la liberté » et « Le jour où j’ai appris à vivre« . Ces deux-là, je les ai dévorés et comme pour les deux autres, je les ai finis avec un sentiment intérieur profondément positif et le sourire aux lèvres.

Ce que j'ai lu de Laurent Gounelle

A ce stade, j’ai fait une pause car il n’y avait plus d’ouvrage de cet auteur dans ma librairie Montalbanaise à par les quatre que j’avais déjà lu. Ça a été l’occasion de découvrir Robert Van Gulik et le juge TI à travers deux récits : « Meurtre à Canton » et « Le collier de la princesse« , encore des livres cadeaux (merci Léo) qui dormaient sur mes étagères. Changement complet de décor. Si les histoires de Laurent Gounelle se déroulent de nos jours en France et nous parlent plutôt de philosophie, de psychologie et de développement personnel, les aventures de juge Ti se passent en Chine entre l’an 630 et 700 et relatent des résolutions d’énigmes. Un voyage dans le temps et l’espace à travers des intrigues.

Mais j’avais besoin de revenir à des voyages plus intérieurs. Alors je me suis tourné vers Internet et j’ai commandé deux autres livres de Laurent Gounelle auprès de la Fédération Nationale pour l’Achat des Cadres (je vous laisse reconstituer l’acronyme) : « Le philosophe qui n’était pas sage » et « Les dieux voyagent toujours incognito« .

Deux autres ouvrages de Laurent Gounelle

Hier, j’ai fini le premier. Dans celui-ci, contrairement aux quatre autres, l’auteur nous emmènent au cœur de la forêt amazonienne pour nous confronter, sans en avoir l’air, à une judicieuse critique notre modèle de société.

 Aujourd’hui, j’ai découvert le site Web de l’auteur que je vous invite à le visiter ici.

Je n’ai rien d’un critique littéraire et je ne me lancerais donc pas dans cet exercice. Je ne suis qu’un lecteur lambda qui a découvert un auteur qui est l’un des romanciers français les plus lu au monde et que j’ai fait entrer dans le mien (de monde).

Une rencontre qui me fait du bien, qui me permet de mieux comprendre en quoi cette société moderne ne colle vraiment pas avec mes aspirations et qui me rassure dans l’idée que je ne suis pas le seul. Peut-être même que nous sommes nombreux, voir une majorité tellement silencieuse et tellement peu avide de pouvoir.

Un peu à la façon de Jacques Salomé qui nous proposait des contes à guérir et des contes à grandir, Laurent Gounelle nous racontes des histoires qui nous suggères d’autres points de vue et d’autres voies à explorer pour qui peux les entendre. Aucune vérité absolue mais des éléments de réalité qui peuvent nous renvoyer à nos propres choix, voir nous y conforter. Des histoires qui, en plus d’être sympathiques et agréables à lire, pourraient éventuellement elles aussi nous aider à guérir et à grandir.

Alors vous aussi, visitez votre bibliothèque et peut-être que vous y découvrirez quelques belles surprises. Peut-être même qu’au hasard d’une lecture, vous vous découvrirez vous-même. Cela me fait penser à cette citation d’Albert Einstein : « Le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito ».

L'art vous le rend bien

Pour ma part, en attendant que cet autre roman de Laurent Gounelle « L’art vous le rend bien » sorte en édition de poche, je vais entreprendre la lecture de « Les dieux voyagent toujours incognito » et cela fait, j’irai de nouveau visiter ma bibliothèque, on ne sait jamais.

M.

——————————————————

Ressource image :
Lecture inspirante par Mohamed Hassan depuis le site PxHere.com
Les autres photos sont des captures de couvertures et des compositions personnelles.

2 Réponses à “Histoires à lire”

  1. frederique 16 août 2020 à 8 h 25 min #

    merci cher Michel pour ces invitations à lire et découvrir, ta plume en fait partie!

  2. Anonyme 16 août 2020 à 11 h 58 min #

    Coucou !
    Je ne connaissais pas cet auteur. Vais voir le site.
    Certains auteurs sont comme des amis qui ne nous quittent jamais.
    Bonne lecture ! Bise


Laisser un commentaire

Les5blogueurs2018 |
Justinegiry |
Lespetitsblogueursdefeyzin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fairy Dreams
| No More Mistakes With Bpo D...
| The Ultimate Solution For D...