Archive | mars 2020

26 mars 2020 0 Commentaire

Montauban confiné

Montauban confiné

logo_Mtb

Tout comme prés d’un tiers de la population mondiale, les montalbanais sont confinés.
Et tout comme beaucoup d’autres villes, cela donne lieux à des situations que l’on n’aurait même pas imaginé en rêve.

Certes, Montauban n’est ni Paris, ni Toulouse ou Marseille (rapport à la densité de population) mais il n’empêche qu’ici aussi, la ville a un autre aspect sans ses voitures et ses habitants.

Alors voici quelques vues de ma ville (presque) déserte :

Montauban confiné
Album : Montauban confiné
Quelques vues de Montauban sans ses habitants (ou presque).
13 images
Voir l'album
Montauban confiné

26 mars 2020 0 Commentaire

Les tontons de Montauban

Les tontons flingueurs

Les tontons flingueurs

En 1963, Georges Lautner a réalisé les tontons flingueurs.
Le scénario a été écrit par Albert Simonin et les dialogues étaient de Michel Audiard.
Un trio de choc aux commandes, une brochette d’acteur déjà largement reconnus pour leur talent (pour la plupart) et des répliques percutantes. Autant d’ingrédients de qualité qui ont fait que ce film est devenu culte.

La première scène du film nous montre Lino Ventura (Fernand Naudin) quittant son entreprise de matériel agricole et de terrassement situé à Montauban pour se rendre à Paris chez son amis Louis, dit le Mexicain, qui l’appelle à son chevet.

Et Montauban sera évoqué par la suite çà différents moments dans le film. Notamment dans ces deux répliques :

  • « On ne devrait jamais quitter Montauban » (Lino Ventura /  Fernand Naudin).
  • « Alors, il dort le gros con ? Ben il dormira encore mieux quand il aura pris ça dans la gueule ! Il entendra chanter les anges, le gugusse de Montauban… Je vais le renvoyer tout droit à la maison mère… au terminus des prétentieux… » (Bernard Blier / Raoul Volfoni).

Les Tontons

Il n’en fallait pas plus pour retrouver à Montauban quelques références à ce chef d’œuvre.

Sur le rond-point de la Mandoune rebaptisé « giratoire des Tontons-Flingueurs », on y trouve des sculptures caricaturales en plexiglas de 5 des personnages du film :

  • Lino Ventura (oncle Fernand)
  • Francis Blanche (maître Folace)
  • Bernard Blier, (Raoul Volfoni)
  • Jean Lefebvre (Paul Volfoni)
  • Robert Dalban (Jean le majordome)

Le giratoire des Tontons-Flingueurs

À Montauban, on trouve aussi le bar-restaurant « Lulu la Nantaise » (tenancière de bordel d’Indochine dont Lino Ventura et Bernard Blier gardent un souvenir ému) ainsi qu’un autre nommé « Le flingueur ».

Et si vous vous rendez dans la pizzeria « La boite à pizza » situé justement au rond-point des Tontons-Flingueurs, vous pourrez certes y manger des pizza et des hamburgers mais vous y verrez surtout quelques magnifiques portrait de ces personnages.

Retrouverez dans cet album des photos de ces différents curiosités :

Les Tontons de Montauban
Album : Les Tontons de Montauban
Les Tontons flingueurs ont laissés quelques trace à Montauban. Voyez par vous même
13 images
Voir l'album

Je sais qu’on ne vient pas à Montauban par hasard mais si vous passez dans le coin, cela vous fera toujours une bonne raison de faire un détour.

En même temps, si vous n’osez pas vous engager sur une visite de ce patrimoine Montalbanais, soyez rassurez, « Les cons ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît ».

Alors à bientôt peut-être à Montauban.

M.

 

PS : En bonus, je vous mets aussi un petit mémo récupéré sur Wikipédia à propos des mots d’argot utilisés dans le film. La plupart d’entre eux sont maintenant dans le langage courant :

Argot du film Les tontons flingueurs_Les tontons de Montauban

19 mars 2020 0 Commentaire

Origines

Origines

 Virus

Seconde journée de confinement. Seulement le seconde.

Du point de vue de la dynamique de groupe, on évalue à environ 3 jours le temps d’adaptation nécessaire pour que les individus prennent leurs repères dans une nouvelle situation.
je ne sais pas si cette règle est valable pour une vie confinée mais je sais qu’au deuxième jour, je ne mesure pas encore une réelle contrainte. Et puis tout seul, la dynamique de groupe, ce n’est pas vraiment ça.

Aujourd’hui, journée tranquille : Réveil naturel, p’tit dej., navigation et réseaux sociaux, piano, bain (4ème et dernier de l’hiver), Re-Navigation et réseaux sociaux et il est déjà 13h00.
Déjeuner, quelques coups de fils, un peu de télé, remplissage et impression de l’attestation de déplacement dérogatoire, plein de détour pour prendre un peu de soleil, 2 superettes pour trouver deux œufs, passage à la pharmacie où j’ai pu acheter du gel hydroalcoolique, Re-Navigation et réseaux sociaux et voilà, j’écris ce billet.

Vraiment, pas de réelles contraintes. Je n’ai même pas croisé un seul représentant de l’ordre dans la ville.
Nous n’en sommes qu’au deuxième jour.
Pas de contrainte mais de la vigilance malgré tout, Covid-19 oblige.

Le coronavirus, celui par qui tout est arrivé.

Justement, comment est-il arrivé là lui ?

Il y a des versions officielles, comme celle présentée dans cette publication de Paris Match du 25 janvier où la piste privilégiée est celle de la chauve-souris. Le 2019-nCoV est probablement naturellement présent chez ce Chiroptères. Après que le génome ait subit quelques mutations, il aurait été transmis à l’homme par l’intermédiaire d’un autre animal infecté lui-même par une chauve-souris, un jour, sur le marché de la ville de Wuhan.

Le coronavirus vu au microscope électronique

Aujourd’hui encore, un article du site Futura santé nous dit que des chercheurs de l’institut de recherche Scripps (États-Unis) affirment que « le coronavirus SARS-CoV-2 est le produit d’une évolution naturelle ».

Et puis il y a eu des versions moins officielles.

Du pain bénit pour les complotistes et leurs sympathisants. Il y a eu par exemple cette vidéo qui a circulé sur les réseaux avant d’en être banni pour se réfugier dans les messageries personnelles. Un reportage de kla.tv qui est un média international indépendant (diffusé en 37 langues dans 212 pays) spécialisé dans la dénonciation de mensonges des faiseurs d’opinion (!) .

Le coronavirus selon klav.tv

Dans ce reportage, on nous parle d’un auteur qui aurait décrit cette pandémie dans un livre édité en en 1981. On nous explique aussi en substance que le coronavirus a été fabriqué par l’homme à des fins militaires. Pour argumenter les propos, il y a plein de citations dont celles d’un spécialiste en virologie, le docteur Alan le docteur. Le même docteur Alan Cantwell qui affirmait en 1978 que l’épidémie du virus du SIDA avait démarré à Manhattan après une campagne de vaccination contre l’hépatite B.

Perso, dans mon idée, c’était Gaïa.
Gaïa, tel que je l’avais découvert dans le film Final fantasy, les créatures de l’esprit.
Gaïa, Esprit de la Terre. Vivant, conscient et agissant.
Alors vu tous les effets inattendus provoqués par l’arrivée de coronavirus, j’ai aimé imaginer que Gaïa, après voir tenter de prévenir l’humanité par des manifestations climatiques et sismiques, considérant que cela touchait aussi d’autres vivants qui n’étaient en rien responsable de tout ça, avait choisi une approche plus ciblée.

Parmi ces effets immédiats inattendus intéressants, je note la baisse drastique du niveau d’émission de Co2, une diminution inimaginable des productions industrielles et du trafic autoroutier, un recentrage des populations et des politiques sur des questions essentielles comme la vie et la solidarité et chez nous, la suspension des toutes ces réformes qui créaient tellement de distorsions dans le pays. Il y a aussi cette crise sur les marchés boursiers mais ses conséquences seront à voir dans quelques mois. On pourrait presque se laisser tenter à penser qu’il y a comme un parti pris de Gaïa pour les mouvements et les manifestations pour un monde plus propre et plus juste même si le coronavirus lui n’a rien de propre et de juste.

Pour revenir à Gaïa, elle est dans la mythologie grecque une déesse primordiale identifiée à la « Déesse mère ». Mère nature, on s’y retrouve.

Et puis j’ai appris récemment que BrunoLATOUR, philosophe et sociologue des sciences, nome aussi Gaïa par rapport à la problématique du climat dans son dernier ouvrage « Face à Gaïa ». Une approche plus objective sans doute.

L'âme de la Terre

De toutes façons, que le 2019-nCoV soit arrivé de manière naturelle, consécutivement à des manipulations humaines ou par la volonté de Gaïa, il est là et il va falloir faire avec pour le moment. Après, nous verrons. Après, ce sera peut-être différent, pour le meilleur ou pour le pire.

Pour l’immédiat, une chose est sûre : Demain, c’est le printemps et ce sera sans doute le premier jour du printemps le plus propre depuis très longtemps.

J’ai mis tellement de temps écrire ce billet qu’au moment où je le termine, nous sommes déjà au 3ème jour de confinement.

Aujourd’hui, l’Italie à battu un morbide record avec 475 nouveau décès en 24h00 et la France compte à ce jour 9 134 cas de Coronavirus COVID-19 confirmés et 264 personnes.

Fait chier !

17 mars 2020 0 Commentaire

Confiné

Confiné

Dedans

Voilà, nous y sommes.
Nous nous doutions bien qu’il allait se passer quelque chose, qu’il fallait faire quelque chose.

Et puis c’est arriver. C’était hier, à la télévision. Les nouvelles règles qui allaient maintenant et pour un certain temps régir notre quotidien seraient applicable dés le lendemain à midi donc aujourd’hui.
Le Président nous l’a expliqué et justifié sur un ton très sérieux, presque solennel et déterminé et le Premier Ministre l’a annoncé sur un ton tout autant déterminé : La population est tenue de rester confiné à domicile.

C’était hier et il nous a parlé de guerre.
Pour cette grande première du troisième millénaire, dans nouveau monde, il nous fallait un ennemi à la hauteur de notre civilisation. Le voici : Le SRAS-CoV-2 ou Covid-19 ou encore le nouveau coronavirus 2019 (tel un cru).
Invisible, presque virtuel, jusqu’à ce qu’il frappe.
Comme s’il l’avait stratégiquement choisi, il utilise notre besoin insatiable de nous déplacer comme véhicule pour se propager sur les territoires.
Mieux encore. Ayant à faire à des êtres de communication, il exploite ce quelque chose qui nous amène très souvent à avoir des contacts rapprochés ou physiques entre nous pour passer d’une personne à l’autre.
Il est fort Covid-19, il se promène et nous nous sommes confinés.

C’était hier et il nous a parlé de guerre.
Nouvelle époque, nouvel ennemi, nouvelle guerre et nouvelles stratégies.
Ici, ce n’est pas celui qui a le plus de muscles, la plus grande lame, le plus gros calibre ou la plus grosse bombe qui gagnera.
Comme il s’agit de s’adapter à notre ennemi, il va falloir agir sur sa façon de faire. Autrement dit, sur ces deux points qui caractérisent tellement notre humanité : La mobilité et la rencontre des autres.
Les armes de base sont le masque et le gel hydro alcoolisé. Les soldats ne sont plus équipés de fusils mais de stéthoscopes et de thermomètres. Les balles sont remplacées par des cachets et des seringues, les QG sont des services de réanimation et les équipements lourds sont des respirateurs artificiels, des lits, des chambres, etc. Le kaki n’est plus d’actualité, nous sommes passé au blanc.
Aujourd’hui, nos soldats sont des personnes qui préservent la vie.
Nos soldats sont des guérisseuses et des guérisseurs et nous, nous sommes confinés.

C’était hier et il nous a parlé de guerre.
Pour cette guerre sans conflit et compte tenu que chacun d’entre nous est potentiellement un allié involontaire de cet ennemi, il fallait trouver une riposte qui, quoi qu’il en coute, allait nous redonner la main sur la situation.
Alors dans un premier temps, pour quinze jours et après on verra, Il en coûte que chacun d’entre nous doit « Rester à la maison ».
Alors on va faire ça. On va soutenir activement et quotidiennement nos troupes en restant à la maison.
La résistance, c’est nous, nous qui sommes confinés.

Pour ma part, cela fait déjà bientôt trois mois que je me sentais comme confiné à la maison. Un autre licenciement économique et de moins en moins envie de faire quoi que ce soit.
Mais aujourd’hui, depuis midi, c’est différent.
Aujourd’hui, je me sens participer à une action collective, engagée et positivement nécessaire.
Aujourd’hui, je me sens carrément moins seul. Toujours autant isolé mais moins seul.
Aujourd’hui, je me dis qu’avec ces circonstances, je vais peut-être pouvoir capter quelques lecteurs parmi tous les internautes qui finiront par ne plus savoir quoi faire de leur temps.

Alors aujourd’hui, premier jour de confinement, je reprends mon clavier.

Demain sera un autre jour.
Un autre jour de confinement.
Demain, ce sera sans doute un autre billet à lire.

 

Bien à vous,

 

M.

Les5blogueurs2018 |
Justinegiry |
Lespetitsblogueursdefeyzin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fairy Dreams
| No More Mistakes With Bpo D...
| The Ultimate Solution For D...