18 décembre 2018 0 Commentaire

Consommer du réseau

Les réseaux

Quand j’étais petit garçon, les hypermarchés ont commencé à se développer en France.

Alors, comme tous les citoyens homo œconomicus de ce pays, mes parents ont hyper consommé de l’hypermarché. Je le sais, je les accompagnais parfois.

A la même époque, la France faisait la promotion du diesel. Alors les citoyens homoeconomicus ont hyper consommé des véhicules diesel avec les carburants qui allait bien avec.

Des exemples de phénomènes de modes de ce type liées à la consommation, je pourrai en trouver d’autres si je m’en donnais la peine mais ces jours-ci, j’ai déjà trop de peine ces jours ci pour en assumer la charge.

Plus tard, mais aussi parce que l’époque avait changé, on nous a expliquer qu’hyper consommer de l’alimentaire produit en gros volumes ou des produits pas chers et importés (et pas que de la Chine) n’était pas bon, ni pour nous, ni pour la planète.

Depuis quelques temps, on nous explique que le diesel pollue finalement plus que l’essence et que de toutes façons, la moteur thermiques ne sont pas bon pour la planète (et, par voie de conséquence, pour nous non plus).

Aujourd’hui le consumériste est toujours d’actualité. Le produit phare, c’est les bits.

Je vous le concède, lit à haute voix, cela prête à confusion.

Je précise : quand je parle de bits, je parle en fait d’octets (1 octet = 8 bits), de Méga octets ou de Giga octets, voir, en rythme annuelle, des Téra octets (1 Téra = 1000 gigas).

On nous donne mille et une bonnes raisons de consommer ces quantités astronomiques de données : Actualité, musique, vidéo, réseau sociaux, etc…

Alors dans l’allégresse générale, nous y allons. Nous en consommons bientôt des pétas (1 péta = 1000 téras). Ensuite, ce sera des exas (1 exa = 1000 pétas) et toujours de plus en plus vite !

Allons-nous, cette fois encore, attendre que les autorités engagent une politique de prévention et d’information pour calmer le jeu ?

Ce qui est sûr, c’est que la machine économique tourne bien dans le domaine des réseaux mais tout cela est-il bon pour la planète et accessoirement, pour nous même ?

C’est à ce moment que je vous propose votre film de fin d’année à regarder en famille, entre amis ou même au travail : La pollution cachée d’Internet.

La pollution cachée d’Internet

C’est le film qui me sert d’introduction quand je mène un temps de travail sur le Green IT en formation.

Ainsi, quand il s’agira de prendre les bonnes résolutions pour l’année 2019, ce serai sympa d’avoir ces information à l’esprit. Sympa pour la planète, sympa aussi pour l’humanité (toujours accessoirement).

Souvenez vous : Consommer moins, c’est grandir.

C’est aussi valable pour les réseaux.

En même temps, celui qi vous dit cela est le même qui vous fais cosommer vos datas pour accéder à ses billets.

D’où l’idée d’une publication sous forme de fichier numérique et de papier d’une complication de billets choisis.

Voilà une belle résolution pour l’an prochain ;)

@+

M.

Laisser un commentaire

Les5blogueurs2018 |
Justinegiry |
Lespetitsblogueursdefeyzin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fairy Dreams
| No More Mistakes With Bpo D...
| The Ultimate Solution For D...